Loading...

Blogue

coaching
Blogue /  Mots clés /  coaching

L’intelligence émotionnelle : L’efficacité au travail, bien plus qu’une question de QI!

Intelligenceemotionnelle

Il nous est tous déjà arrivé à certains moments, lors de périodes plus occupées au travail, de nous sentir envahis par certaines émotions : colère, frustration, tristesse, déception, impuissance, etc. Pendant ces périodes, il arrive que notre concentration soit moins bonne, que nous prenions de mauvaises décisions, que notre niveau d’énergie soit plus bas, bref que notre efficacité au travail diminue!  Comment s’en sortir? La clé se trouve dans la gestion des émotions. En fait, c’est précisément cela qui fera la différence entre un gestionnaire excellent et un gestionnaire qui "fait la job".  La gestion des émotions...c’est quoi, pourquoi, comment je fais ça?  Débutons en introduisant le concept d’intelligence émotionnelle. L’intelligence émotionnelle réfère à la capacité de reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et de composer avec les émotions des autres. Encore plus simplement, cela en consiste en l’utilisation intelligente de nos émotions.  Nos émotions sont présentes et utiles et il faut tout simplement apprendre à les utiliser à bon escient. Est-ce que ça vous surprend ? J’ai entendu tellement de fois des gestionnaires me demander de les aider à ne plus avoir d’émotion au travail…chose impossible. Je crois plutôt qu’il s’agit d’apprendre à les reconnaitre, à les comprendre et à les maitriser.  L’intelligence émotionnelle représente quatre types d’habiletés l’habileté à percevoir, à évaluer et à exprimer ses émotions de façon correcte et appropriée;l’habileté à aller chercher et à générer des sentiments sur demande pour faciliter la pensée ou la réflexion ainsi que la résolution de problèmes;l’habileté à comprendre les émotions et à utiliser les connaissances émotionnelles; l’habileté à gérer les émotions pour favoriser le développement affectif et intellectuel. L’apprentissage de l’intelligence émotionnelle a pour but de développer la confiance et la connaissance de soi, la gestion des émotions, l’empathie et l’esprit de collaboration. Et oui, ça s’apprend! En fait, une partie émotionnelle de notre cerveau est à la base du développement de notre pensée. Nos émotions influencent nos pensées et nos pensées influencent nos émotions.  Plus concrètement... Nos émotions peuvent bloquer ou amplifier notre capacité de penser, de planifier, de viser un but et de résoudre un problème;Le contrôle de l’anxiété et des émotions est une excellente façon d’optimiser le rendement d’un individu;La différence qui existe entre l’optimiste et le pessimiste est la même qui existe entre celui qui réussit et celui qui échoue;Une longue expérience dans une activité qui nous procure du plaisir peut optimiser notre rendement au point de nous faire entrer dans un état de fluidité.  Enfin, la connaissance et la compréhension de ses émotions sont l’élément central de l’intelligence émotionnelle. Il est démontré que l’amorce physiologique d’une émotion se produit avant que l’individu en ait conscience. En effet, les émotions sont grandement influencées par nos pensées et influencent ainsi notre comportement.  L’individu ayant une grande intelligence émotionnelle... S’adapte plus rapidement au changementTravaille mieux en équipeChoisit un canal de communication plus approprié selon la situationRésout des problèmes épineux avec ses collèguesConclut une vente avec un client difficileBref…. a un rendement plus productif! Nous ne sommes toutefois pas prêts à dire que le dépistage de l’intelligence émotionnelle est le nouvel outil de sélection de personnel par excellence. En effet, il n’y pas encore d’études scientifiques qui ont démontré la validité d’un tel outil. Toutefois, l’entrevue structurée et certains tests psychométriques permettent d’aller chercher de l’information sur le sujet. Enfin, l’intelligence émotionnelle peut être un élément très pertinent à travailler en contexte de développement du leadership, entre autres, par le coaching.  Parce que Daniel Déry l’a dit! Les responsabilités patronales nécessitent d’être conscient de ses habiletés humaines, de son impact sur les autres et de ses propres points perfectibles. 

Ce que vos employés vous apprennent sur vous-même!

Entete Blg Vero1

Pour plusieurs gestionnaires, la gestion des ressources humaines est parfois un casse-tête! Même empreint de plein de bonne volonté, il vous est sans doute déjà arrivé d’être confronté à des situations où votre bonne foi ne suffisait pas pour bien gérer une situation difficile avec un employé. On nous demande souvent quelle est la solution idéale pour gérer efficacement des situations où des employés dit « difficiles ».  Vous devinerez qu’aucune recette miracle n’est malheureusement offerte sur le marché.  Hors, quelques fondements nous permettent d’aider les gestionnaires à mieux s’outiller. D’une part, la première chose qui influence votre capacité à gérer des situations ou des employés difficiles est votre propre personnalité. Selon vos traits de caractères, votre style de leadership, votre capacité à faire face à l’adversité, votre système de valeurs, votre capacité d’affirmation, votre habileté à gérer le stress, vos modes de réactions face à des situations difficiles varieront. C’est pourquoi une des choses fondamentales que l’on encourage chez les gestionnaires est d’abord d’apprendre à mieux se connaître. Et par où commencer me direz-vous? Différentes possibilités s’offrent à vous! Selon la capacité d’introspection ou le cheminement déjà effectué chez les gestionnaires, certains opteront d’abord pour la passation de tests psychométriques qui révèlent différents traits de personnalités d’une personne. Chez nous, les tests ATMAN et TRIMA sont les principaux utilisés, hors, il en existe une panoplie sur le marché. De plus, vous pourriez opter pour des lectures personnelles, du coaching ou encore même des démarches thérapeutiques qui permettent de découvrir vos traits de personnalité et les angles morts que ceux-ci amènent lorsque vous êtes confrontés à différentes situations où personnalités. Une fois plus conscients de vos forces et vos limites, vous serez à même de mieux comprendre vos modes de réaction face à certains types de personnalités et ainsi de vous outiller afin de développer les habiletés nécessaires.  Certains d’entre vous devrez peut-être apprendre à maîtriser votre impulsivité tandis que pour d’autres, vous devrez apprendre à signifier vos désaccords ou à mettre vos limites. Un autre aspect important de la gestion consiste à mieux saisir les différents types de personnalités qui vous entourent! Mais pourquoi donc cet employé est-il toujours dans le déni lorsqu’on lui fait une critique constructive? Pourquoi lorsque je demande à une employée s’il y a quelque chose qui la dérange tout semble aller correctement alors que je sais pertinemment qu’elle critique ouvertement l’entreprise? La liste d’exemples vécus pourrait s’allonger, hors, ce qu’il faut retenir c’est qu’un employé difficile adopte des comportements qui bien souvent sous-tendent des besoins non comblés, des peurs qui les incitent à réagir d’une manière parfois pour se protéger, parfois pour rechercher l’attention. Il faut comprendre que derrière chaque employé se cache un humain qui porte un bagage d’expérience de vie qui l’amène à être qui il est aujourd’hui. Comme gestionnaires, vous ne pouvez changer les personnes qui vous entourent, vous ne pouvez non plus prendre la responsabilité de leur passé. Vous pouvez toutefois adapter votre mode de gestion en fonction des différents types de personnalités de manière à limiter l’impact que ces personnalités peuvent avoir sur le reste d’une équipe. Là est le défi! Il vous faudra très certainement une bonne dose d’humanisme, d’empathie mais parfois aussi de courage et d’audace car vous devrez à l’occasion poser certaines limites pouvant surprendre ou même déstabiliser les membres de votre équipe. Hors, vous y gagnerez très certainement! En étant bien conscient de ce que vous souhaitez comme climat dans votre entreprise, vous serez à même de vous assurer du respect des valeurs de votre entreprise. Vous serez surpris, même les employés difficiles évolueront à travers vous!             En terminant, voici une lecture intéressante qui décrit les différents types de personnalités difficiles et qui donne d'excellents conseils pour mieux les gérer : "Comment gérer les personnalités difficiles" de François Lelord. 

Solliciter l’aide d’un coach est-il un aveu de faiblesse?

Img Entete

Un ami vous a parlé qu’il existait des services de coaching en gestion.  Spontanément, vous vous êtes dit : «Pourquoi faire appel au soutien d’un coach? N’est-ce pas là un signe de faiblesse? Ou pire, une reconnaissance que je ne peux y arriver seul?» Cette question nous est posée, à l’occasion, par des personnes qui ne connaissent pas le métier de coach et qui s’interrogent sur les raisons pour lesquelles il serait pertinent de solliciter l’aide d’un tel professionnel. Croyez-vous sincèrement que les grands athlètes, ceux qui aspirent aux plus hautes marches des podiums olympiques, se priveraient d’un coach? Croyez-vous que les grands politiciens de ce monde renonceraient aux précieux avis prodigués par leur entourage? Non! Jamais!  Ils ont compris que plus les objectifs sont ambitieux, plus il faut avoir l’humilité de solliciter du soutien professionnel. Le coach est un professionnel qui vous accompagne dans votre développement. Il cherche à faire émerger ce qu’il y a de meilleur en vous : votre passion, vos talents et vos envies de dépassement.  Le coach peut aussi voir ce que vous ne voyez pas, ou plutôt ce que vous ne voulez pas voir! On peut choisir un coach pour des raisons fort variées : parce que l’on a besoin d’un complice pour se surpasser, pour vaincre un piège récurrent, pour développer une nouvelle compétence, pour faire une transition de carrière, ou encore, parce qu’on a besoin d’un regard bienveillant pour questionner nos certitudes et nos croyances.  Il y a autant de raisons que de coachés! Au besoin, votre coach professionnel vous guidera vers des apprentissages plus techniques, tels que la  mobilisation d’équipe, la communication dans les organisations, l’affirmation de soi, le leadership, etc.  Il pourra vous transférer des outils et des modèles ainsi que des façons de faire audacieuses. Votre coach prendra du temps pour entendre véritablement ce qui vous préoccupe et ce que vous souhaitez réaliser au plan professionnel. Ce que vous voulez VRAIMENT. Ce qui compte pour vous. Il vous aidera à sortir du mode «urgence perpétuelle», de façon à mieux planifier et organiser vos priorités en fonction de ce qui est important pour vous.  Le coach vous maintiendra en action : chacun de vos pas vous rapprochera de votre objectif. Autre bénéfice non négligeable d’être accompagné par un coach dans son développement : vous ne vous sentirez plus seul! Il y a quelqu’un qui écoute, qui questionne, qui offre des rétroactions et qui vous met au défi de sortir de vos paradigmes. Chez Déry & associés, une équipe de coachs s’active à soutenir les leaders, les professionnels et les employés qui veulent aller plus loin, avec une plus grande efficacité. Solliciter le soutien d’un coach n’est pas un aveu de faiblesse, c’est, au contraire, faire preuve de courage et de ténacité face à ses propres objectifs. Et vous, pourquoi n’auriez-vous pas un coach? Je vous invite à consulter le site québécois de l’International Coach Federation à l’adresse www.coachquebec.org pour en savoir plus sur le coaching. Vous serez surpris d’apprendre pourquoi le coaching fonctionne! Jolyne
jlalonde@danieldery.com