Loading...

Blogue

confiance
Blogue /  Mots clés /  confiance

Se servir de son intuition

18 04 2016 000077555507 Intuition

Ma collègue Nancy Leblond m’a récemment transféré une chronique de Nicolas Duvernais parue dans Les Affaires du 30 mars dernier ayant pour titre la «McDonalisation de l’entreprenariat». Cet article m’a inspiré en mettant en lumière l’application à excès de normes au nom du respect des standards, des modèles, à quel point il peut être facile de glisser, sans trop s’en rendre compte, vers la standardisation où la pensée devient moins humaine et plus scientifique. Tranche de vie Quel bonheur comme parent d’apprécier le silence et le calme d’un samedi matin, lorsque les enfants sont tous occupés, avec comme seule activité immédiate de prendre un bon café et de passer en revue l’actualité. Moment quasi magique jusqu’à ce que je réalise que mes enfants sont «dangereusement» tranquilles et silencieux! Lorsque ce moment de calme et de silence devient «anormal», mon intuition me dicte de me lever et d’aller voir ce qu’ils font… Quitte à me déplacer pour rien, je n’aurais pas pris le risque de prolonger ce moment sans surveillance! Écouter ma petite voix Je crois que nous avons tous une petite voix intérieure qui nous parle, de l’intuition, un sixième sens dans nos vies privées. Comment se fait-il qu’une fois au travail, nous laissions cette intuition au vestiaire? Nous avons appris à travailler et à gérer à partir de faits concrets, observables, mesurables et temporels. Le travail, c’est sérieux! Nous misons donc excessivement sur nos facultés intellectuelles au détriment de ce que nous sentons ou ressentons. Apprendre à se faire confiance, c’est aussi apprendre à connaître, reconnaître et légitimer notre intuition. Cette dernière pourrait même être élevée au rang des indicateurs de gestion. Mais ça ne semblerait pas sérieux… Faire de la prévention Se servir adéquatement de son intuition pour valider des perceptions nous mène, entre autres, à poser des gestes concrets permettant de prévenir ou de désamorcer des situations potentiellement problématiques. Nous devons avoir le courage d’aller à la rencontre de l’autre pour partager, questionner, valider ou invalider nos intuitions. Ce faisant, en plus de démontrer à l’autre l’importance que nous lui accordons, nous lui témoignons du même coup de la considération parce qu’humainement, il est digne d’intérêt. Nous ne sommes pas indifférents à nos collègues ou employés puisque nous ne sommes pas indifférents à ce qui se passe en nous. D’autant plus lorsque nous avons le courage d’aller de l’avant pour échanger, comprendre ou donner une rétroaction en nous  faisant confiance plutôt qu’en nous réfugiant derrière des faits et le respect des normes.

Les normes sont des balises que nous nous donnons pour avancer vers un objectif. Elles ne sont pas l’objectif. Faire appliquer bêtement des normes est beaucoup plus facile que d’oser confronter une situation ou un collègue parce que nous avons l’intuition que quelque chose ne va pas. Assumer Il est humain que de rassembler son courage et de se responsabiliser, de se positionner et d’assumer ce positionnement  puisse représenter un défi, particulièrement lorsqu’il y a des enjeux humains émotivement chargés. En fait, l’inertie peut également être très lourde. Le délai qui s’installe avant de passer à l’action mène à l’échafaudage d’hypothèses qui habituellement ne se réaliseront jamais. Ce temps où nous intellectualisons nos intuitions devient énergivore, stérile et néfaste. Les pompiers le font! Même les pompiers font des interventions de prévention. Nous ne sommes pas obligés d’attendre l’intervention d’une autre personne ou le début d’un incendie pour remplacer les piles du détecteur de fumée!
Chronique radio Pour écouter la chronique radio en lien avec ce billet, visitez
Bonheur au travail sur les ondes de Radio-Canada "Des matins en or"

La générosité en entreprise

18 01 2016 77056761

Complètement par hasard, je suis tombé, il y a quelques jours, sur une vidéo de Fred Pellerin. J’ai souri. Je fus diverti, touché et inspiré. J’ai le goût de partager avec vous mes réflexions personnelles au sujet de la générosité appliquée en organisation. Prémisse Entendons-nous dès le départ sur deux choses. Premièrement, être généreux ne veux pas dire être bonasse. Deuxièmement, tout le monde veut être rémunéré pour son travail! Maintenant, considérant que le jeu de base est maîtrisé, c’est-à-dire que nous sommes rémunérés et que nous nous traitons avec respect, élevons notre niveau d’altitude. Faire émerger la générosité Selon moi, la générosité est un geste du cœur. La conséquence de l’envie de donner, de redonner volontairement avec enthousiasme dans le but de faire plaisir. Nous pouvons agir avec générosité naturellement et sans aucune raison. La générosité peut être un témoignage de gratitude, de reconnaissance ou autre. Par contre, assurément, la sincérité doit être au rendez-vous. Les gens ne sont pas dupes et auront tôt fait de débusquer la générosité calculée. Plus grand que soi En entreprise, nous devrions toujours nous souvenir que nous sommes là pour contribuer à créer quelque chose de plus grand que soi. Quelque chose qui dépasse nos intérêts personnels et qui ne se mesure pas à court terme. Que nous soyons patrons ou employés. Nous pouvons faire référence à l’importance de ce que nous créons ou vendons pour nos clients externes et internes. Nous pouvons également penser à ce que nous contribuons tous à créer comme climat de travail, comme milieu de vie, comme microsociété au sein de laquelle nous vivons. Travailler ensemble avec entraide et générosité implique de faire confiance. Prendre le risque qu’ensemble nous soyons tous gagnants à moyen ou long terme sans avoir peur de nous faire avoir. Nous devons donc être suffisamment détachés de nos besoins et intérêts personnels pour poser généreusement des gestes sans rien attendre en retour. Ironiquement, plus nous sommes généreux, disponibles et attentionnés envers les autres, plus ceux-ci se comporteront de la même façon et seront volontaires pour nous aider. En fait, si vous êtes aimables et généreux, les gens vous entourant ne souhaiteront que votre succès! Les vases communicants Comme le dit Fred Pellerin, il faut changer l’angle de regard dans le calcul du réel! Nous ne pouvons pas prévoir tous les impacts et les retombés de la générosité. Un geste généreux à l’égard d’un collègue donnera le goût à un autre collègue de m’aider. Un conjoint ou ami posant des gestes généreux pour me soutenir contribuera à ma bonne attitude et à ma performance aujourd’hui. Et ainsi de suite. Par contre, nous devons être patients. Bien que nous vivions dans une société où l’immédiateté est omniprésente, parfois, les bienfaits de la générosité peuvent se faire attendre. Souvenons-nous également qu’il est possible que je n’en sois jamais témoin, mais que les retombées soient tout de même réelles. Le coach de hockey de jeunes enfants ne verra pas les fruits de l’investissement généreux de son temps lors de la première pratique. Les retombées apparaîtront plus tard en cours de saison. Peut-être même dans de nombreuses années, lorsqu’il réalisera qu’il a contribué au développement de meilleurs citoyens. Faire grandir Fred Pellerin mentionne que ça ne prend pas un village pour faire grandir un enfant, mais des enfants pour faire grandir un village. Nous avons aujourd’hui la responsabilité de devenir de meilleurs patrons et d’aider nos employés et nos collègues à devenir chaque jour de meilleurs employés et de meilleurs collègues. Souvenons-nous que ce sont eux qui feront de nos entreprises de meilleures entreprises et en permettront la croissance! Référence de la vidéo de Fred Pellerin :
https://m.facebook.com/Gens-du...

Devenir des leaders créateurs de confiance!

14 09 2015 101916360

Cet été, j’ai eu le plaisir de participer au premier Sommet international de la confiance dans les organisations, événement organisé par l’Institut de la confiance dans les organisations (ICO). L’objectif du sommet était de permettre aux dirigeants, gens d’affaires, professionnels et médias de réaliser que la confiance est un enjeu important pour nos organisations ainsi que pour la société. Je me permets de vous faire part de quelques observations et conclusions. La confiance, un enjeu de société Plusieurs sondages révèlent que la confiance des Québécois envers certains métiers a dégringolé de 65 % à 52 % de 2002 à 2015 (Léger Marketing). Dans la 15e édition du Baromètre de confiance d’Edelman, il est fait mention d’un effritement de la confiance au cours de la dernière année dans plusieurs pays industrialisés, dont le Canada (de 60 % à 53 %). Au Canada, les chefs d’entreprises n’obtiennent la faveur que de 28 % de la population. Également, au-delà de 95 % des Québécois considèrent que les dirigeants d’entreprises se doivent d’améliorer le climat de confiance au sein de leur personnel ainsi qu’avec leurs clients et autres parties prenantes (Étude 2013 de l’ICO). Selon Vanessa Hall, près de 99 % des dirigeants sont d’avis que la confiance est un enjeu important, mais seulement 5 % y investissent des efforts! En 2014, le World Economico Forum de Davos a identifié l’enjeu de la confiance envers nos dirigeants comme étant l’un, sinon le principal enjeu de la prochaine décennie. Selon Claude Béland, ancien PDG du Mouvement Desjardins : « Nous sommes passés en quelques décennies de la présomption de bonne foi à une présomption de méfiance envers notre prochain ». Évidemment, cette confiance ou méfiance représentent un cout énorme pour notre économie qui se traduit par deux sortes d’impacts. Dans un premier temps, un impact direct sur la performance de nos organisations lorsque les employés n’ont pas confiance dans son organisation et ses dirigeants. Deuxièmement, le cout de cette inefficacité est refilé aux consommateurs qui doivent absorber la note tout comme les investisseurs et épargnants. Hervé Sérieyx, 21 mai 2015
Monsieur Sérieyx, une sommité internationale d’une rare profondeur en management, a mentionné :
« La confiance est la relation à l’autre (personne, organisation, etc.) qui m’amène à penser que je le connais suffisamment pour accepter d’affronter avec lui un risque, un danger, une incertitude avec de bonnes chances d’en sortir gagnant. Il y a là deux mouvements : 1- La confiance calculée (compétence, réputation, fiabilité, etc.) 2- La confiance affective (générosité, bienveillance, empathie, etc.) La confiance est un pari sur l’autre ». Générer de la confiance Je ne peux attendre que l’autre soit digne de confiance. Durant cette attente, il ne se passe rien. J’observe. J’attends des signes me permettant de croire que je peux maintenant commencer à faire confiance. Parce que j’observe, ayant des doutes, tous les signaux pouvant valider ma méfiance me sautent aux yeux, renforçant ainsi ma première croyance. Évidemment, vous ne feriez jamais ça! Mais nous avons vu ça ailleurs… Générer de la confiance est à la fois simple et complexe. Simple, si nous choisissons dans l’incertitude d’oser aller de l’avant. Si nous avons le courage de prendre le risque que l’autre puisse nous surprendre agréablement. Complexe parce qu’il existe une multitude de variables interagissant entre elles et pouvant s’influencer. Faire croitre la confiance est donc un mouvement. Une somme de gestes que nous posons ensemble dans l’intérêt commun. Encore faut-il connaitre cet intérêt commun et baliser les risques que nous sommes prêts ou non à prendre ensemble. Il existe une multitude d’histoires inspirantes sur la confiance, de trucs et de stratégies pour développer et maintenir la confiance. Soyez curieux et audacieux! Prenez le risque d’expérimenter et, au besoin, de vous faire accompagner pour faire des pas avec un filet de sécurité si le besoin s’en fait sentir. L’ICO veut devenir un catalyseur des forces vives au Québec afin de mieux outiller les gestionnaires et dirigeants en vue de mettre de l’avant des stratégies, des pratiques et des outils contribuant à la confiance dans leur environnement de travail. Assurément, cette vision rejoint le cœur de nos propres activités et nous sommes honorés de faire des pas quotidiennement dans cette direction avec vous. Merci pour votre confiance renouvelée depuis plus de 20 ans. Souvenons-nous que sans confiance, il sera difficile d’être heureux de rentrer travailler tous les matins!

Vision et confiance

Entete1

Au moment d’écrire ces lignes, nous sommes à compléter notre déménagement.  Étape charnière officialisant la cohabitation de Déry et associés, Kiwi Création et Créations Dynamiques. Avec beaucoup d’enthousiasme et de fierté pour tous les membres de l’équipe, la vision de Le Bleu2935 devient maintenant réalité. Vision et confiance Nous savons et nous nous faisons répéter depuis longtemps l’importance d’avoir une vision claire.  Je réalise qu’à peu de chose près, tout ce que nous arrive a été un jour ou l’autre visualisé.  Je ne parle pas d’un rêve ou d’un souhait mais d’un positionnement clair pour nous-même de ce que nous voulons avec conviction pour être cohérent avec nos valeurs et avec ce que nous voulons que l’entreprise devienne et qui nous voulons être comme leaders. Avoir confiance en soi permet de prendre le risque de faire confiance aux autres.  Chaque membre de l’équipe a une contribution inestimable dans la réalisation d’une vision. Oser la confiance, en balisant nos attentes, permet de voyager léger. Permet de répartir le travail et les responsabilités de façon équilibrée pour un maximum de résultats avec des gens heureux et qui s’améliorent constamment. Plus nous faisons confiance, plus les gens développent leur confiance et nous font confiance.  Comme par exemple, il y a 15 minutes, une collègue est venue me demander la permission de coucher son fils de 21 mois, déjà profondément endormi, sur le canapé de mon bureau.  J’ai en face de moi un petit ange calme et paisible.  Magique.  Je crois qu’on ne voit pas ça partout, mais c’est magique.  La confiance de ma collègue est impressionnante, tout comme son niveau d’engagement, en ce samedi matin ensoleillé… Notre nouveau lieu de vie professionnel représente la matérialisation d’une vision. Qu’est-ce que LeBleu2935? Par Le Bleu2935, regroupant trois entreprises, nous sommes maintenant en mesure d’offrir un éventail de solutions beaucoup plus large pour contribuer chez nos clients à accroître la capacité d’attraction et de rétention des meilleurs talents. Chez Déry et associés, nous contribuons à ce que les leaders maintiennent ou augmentent leur impact et leur influence sur la mobilisation en étant inspirant et en ayant des pratiques saines et innovantes en gestion humaines des ressources. Chez Kiwi Création, la plaisir est de prendre soin de la personnalité corporative et de l’image de marque de nos clients grâce à notre équipe de designers graphiques et programmeurs douée. Pour compléter le trio, Créations Dynamiques donne vie à cette personnalité corporative en apportant une valeur ajoutée significative en termes de reconnaissance, de fierté et de sentiment d’appartenance avec des vêtements corporatifs et des objets promotionnels distinctifs.