Loading...

Blogue

Nos meilleures idées, nos meilleurs pratiques
Blogue /  L’intelligence émotionnelle : L’efficacité au travail, bien plus qu’une question de QI!

L’intelligence émotionnelle : L’efficacité au travail, bien plus qu’une question de QI!

Il nous est tous déjà arrivé à certains moments, lors de périodes plus occupées au travail, de nous sentir envahis par certaines émotions : colère, frustration, tristesse, déception, impuissance, etc.

Pendant ces périodes, il arrive que notre concentration soit moins bonne, que nous prenions de mauvaises décisions, que notre niveau d’énergie soit plus bas, bref que notre efficacité au travail diminue! 

Comment s’en sortir?

La clé se trouve dans la gestion des émotions. En fait, c’est précisément cela qui fera la différence entre un gestionnaire excellent et un gestionnaire qui "fait la job". 

La gestion des émotions...c’est quoi, pourquoi, comment je fais ça? 

Débutons en introduisant le concept d’intelligence émotionnelle. L’intelligence émotionnelle réfère à la capacité de reconnaître, comprendre et maîtriser ses propres émotions et de composer avec les émotions des autres.

Encore plus simplement, cela en consiste en l’utilisation intelligente de nos émotions. 

Nos émotions sont présentes et utiles et il faut tout simplement apprendre à les utiliser à bon escient. Est-ce que ça vous surprend ? J’ai entendu tellement de fois des gestionnaires me demander de les aider à ne plus avoir d’émotion au travail…chose impossible. Je crois plutôt qu’il s’agit d’apprendre à les reconnaitre, à les comprendre et à les maitriser. 

L’intelligence émotionnelle représente quatre types d’habiletés

  1. l’habileté à percevoir, à évaluer et à exprimer ses émotions de façon correcte et appropriée;
  2. l’habileté à aller chercher et à générer des sentiments sur demande pour faciliter la pensée ou la réflexion ainsi que la résolution de problèmes;
  3. l’habileté à comprendre les émotions et à utiliser les connaissances émotionnelles; 
  4. l’habileté à gérer les émotions pour favoriser le développement affectif et intellectuel.

L’apprentissage de l’intelligence émotionnelle a pour but de développer la confiance et la connaissance de soi, la gestion des émotions, l’empathie et l’esprit de collaboration.

Et oui, ça s’apprend! En fait, une partie émotionnelle de notre cerveau est à la base du développement de notre pensée. Nos émotions influencent nos pensées et nos pensées influencent nos émotions. 

Plus concrètement...

  1. Nos émotions peuvent bloquer ou amplifier notre capacité de penser, de planifier, de viser un but et de résoudre un problème;
  2. Le contrôle de l’anxiété et des émotions est une excellente façon d’optimiser le rendement d’un individu;
  3. La différence qui existe entre l’optimiste et le pessimiste est la même qui existe entre celui qui réussit et celui qui échoue;
  4. Une longue expérience dans une activité qui nous procure du plaisir peut optimiser notre rendement au point de nous faire entrer dans un état de fluidité. 

Enfin, la connaissance et la compréhension de ses émotions sont l’élément central de l’intelligence émotionnelle. Il est démontré que l’amorce physiologique d’une émotion se produit avant que l’individu en ait conscience. En effet, les émotions sont grandement influencées par nos pensées et influencent ainsi notre comportement. 

L’individu ayant une grande intelligence émotionnelle...

  1. S’adapte plus rapidement au changement
  2. Travaille mieux en équipe
  3. Choisit un canal de communication plus approprié selon la situation
  4. Résout des problèmes épineux avec ses collègues
  5. Conclut une vente avec un client difficile
  6. Bref…. a un rendement plus productif!

Nous ne sommes toutefois pas prêts à dire que le dépistage de l’intelligence émotionnelle est le nouvel outil de sélection de personnel par excellence. En effet, il n’y pas encore d’études scientifiques qui ont démontré la validité d’un tel outil. Toutefois, l’entrevue structurée et certains tests psychométriques permettent d’aller chercher de l’information sur le sujet.

Enfin, l’intelligence émotionnelle peut être un élément très pertinent à travailler en contexte de développement du leadership, entre autres, par le coaching. 

Parce que Daniel Déry l’a dit!

Les responsabilités patronales nécessitent d’être conscient de ses habiletés humaines, de son impact sur les autres et de ses propres points perfectibles.