Loading...

Blogue

Nos meilleures idées, nos meilleurs pratiques
Blogue /  Trouver un sens à son travail

Trouver un sens à son travail

Travailler pour la paie

Trop de gens entrent au travail tous les matins accomplir un travail qui ne présente pas de sens pour eux. En poussant cette affirmation négative à l’extrême, nous pourrions dessiner la caricature des gens ne travaillant que pour la paie. Même si ce n’est pas le cas de la majorité des personnes, il n’en demeure pas moins ardu de trouver un sens noble et profond qui contribuera à mobiliser bien des humains.

Donner un sens

Il en va de la responsabilité des leaders de donner un sens aux responsabilités et aux tâches de chacun. Plusieurs facteurs peuvent contribuer à donner un sens au travail à effectuer. La réputation de l’organisation, sa notoriété, sa vision du futur, sa mission, ses valeurs, ses objectifs, les retombés dans la communauté, le sens commun, l’amour du métier, le sentiment d’appartenance à l’entreprise et à l’équipe en sont des exemples. Évidemment, le patron lui-même peut être une raison de s’engager dans son travail ou de le quitter…

Le plus significatif et le plus exigeant étant, selon moi, de trouver une cause noble. Pourquoi faisons-nous ce que nous faisons? Pourquoi produisons-nous ce que ce produisons? Ultimement, à quoi tout cela sert-il? Qu’est-ce que cela donne au monde, à la collectivité, au personnel? Nous ne faisons pas que bêtement produire des biens, des services et générer des revenus. Quoi donc alors? Cela doit avoir un sens, une raison d’être allant au-delà de ce que nous voyons au premier regard.

Évidemment, nous tombons dans les questions existentielles. Qui dit existentiel dit existence. Pourquoi cela existe-t-il? Ces questions sont difficiles, mais essentielles à la performance et à la réalisation personnelle à moyen et long terme.

Au rythme où vont les choses, il est facile de verser dans la performance. Je veux être clair. Je suis le premier à être constamment à la recherche de façons d’optimiser les processus pour accroitre notre performance collective. Par contre, il doit y avoir un sens. Sinon, l’exercice devient purement mathématique, rationnel et privé de saveur. Nous avons le devoir de toucher le cœur des gens, de mettre à la lumière du jour les besoins et les émotions représentant les raisons pour lesquelles nous faisons ce que nous faisons. Je crois, à tort ou à raison, que si nous ne sommes pas capables de toucher les gens, ils finiront tôt ou tard par travailler pour la paie.

Trouver un sens

L’organisation ne peut, à elle seule, me prendre par la main et m’injecter un sens. Chacun, employés et responsables, au sein de l’entreprise doit faire ses devoirs. À titre d’exemple, un patron ne pourra jamais faire en sorte que le travail d’un employé ait du sens si le travail de ce dernier va à l’encontre de ses valeurs.

Donc, nous avons tous des questions à nous poser. Des questions concernant nos intérêts, nos préférences, nos talents, nos valeurs, nos aspirations et nos besoins. Est-ce que mes réponses à ces questions personnelles rencontrent ce que l’entreprise ou l’organisation a à m’offrir? Est-ce que mes grands rêves de vie sont cohérents avec ce que je suis en train de vivre dans mon emploi actuel? Mes aspirations et mes rêves doivent être en lien et servir l’organisation tout comme mon travail doit contribuer à l’atteinte de mes rêves et de mes aspirations.

Chaque personne porte donc sa propre PME incluant sa propre mission, sa vision, ses valeurs, ses ambitions et ses objectifs de vie. La vraie question, ou le vrai défi est de savoir si tout cela est compatible avec ce que l’entreprise peut offrir, considérant sa réalité.

Un monde rose et parfait

Ouf, pas simple! Le monde ne sera jamais rose et parfait. Ça ne pourra jamais être Walt Disney tous les jours. Sans obtenir un score parfait, nous devons tenter, employeurs et employés, de trouver nos zones d’intérêts communs pour que chacun y trouve son compte. Dans le cas contraire, il sera difficile d’y mettre son cœur, d’y mettre du cœur. Si c’est le cas, nous sommes condamnés à devoir éventuellement nous quitter ou à vivre de façon insatisfaisante ou malheureuse jusqu’à la fin des temps!

Assumer nos positionnements

Autant comme organisation que comme employé, assumer qui nous sommes et où nous allons signifie également en porter la responsabilité. L’autre ne peut être responsable de ma performance et de mon bonheur.

Autant comme organisation que comme employé, s’il manque de clarté concernant ma vision, ce que je veux et ce que j’aimerais, je suis bien mal placé pour blâmer l’autre. Si les réponses aux questions précédentes sont claires et limpides, je dois moi-même les reconnaitre et faire des pas dans la bonne direction. Je ne peux pas faire de reproches à quelqu’un ne contribuant pas à la réalisation de mes aspirations s’il ne les connait pas. Je ne dois pas non plus prendre le risque de laisser à l’autre le loisir de deviner mon ADN, qu’il s’agisse de mon ADN personnel ou corporatif. Les chances d’être agréablement surpris ne seraient que le fruit du hasard.

Assumer veut donc dire oser faire des choix pour être cohérent avec soi-même autant personnellement que comme organisation. Si je choisis te tolérer une situation professionnelle ne me convenant pas, cela demeure ma décision et je dois vivre avec sans en faire payer le prix à d’autres.

Trouver une recette ensemble

Je demeure profondément optimiste et positif à l’effet que chacun veut le mieux pour soi et pour les autres dans la mesure de ses capacités et de ses moyens. Encore une fois, faire preuve d’introspection et oser ouvrir le dialogue avec un mélange d’ouverture et d’écoute me semble un des bons moyens de trouver des façons innovantes de cohabiter en entreprise.

Si vous êtes rendu à lire cette ligne, je présume que ce sujet vous intéresse. Je vous invite alors à lire le livre Les 5 grands rêves d’une vie de John P. Strelecky.

Bonne lecture et n’hésitez à pas à nous contacter. Ensemble, nous prendrons le recul nécessaire pour trouver un sens mobilisateur!