Loading...

Blogue

Nos meilleures idées, nos meilleurs pratiques
Blogue /  Devenir des leaders créateurs de confiance!

Devenir des leaders créateurs de confiance!

Cet été, j’ai eu le plaisir de participer au premier Sommet international de la confiance dans les organisations, événement organisé par l’Institut de la confiance dans les organisations (ICO). L’objectif du sommet était de permettre aux dirigeants, gens d’affaires, professionnels et médias de réaliser que la confiance est un enjeu important pour nos organisations ainsi que pour la société. Je me permets de vous faire part de quelques observations et conclusions.

La confiance, un enjeu de société

Plusieurs sondages révèlent que la confiance des Québécois envers certains métiers a dégringolé de 65 % à 52 % de 2002 à 2015 (Léger Marketing). Dans la 15e édition du Baromètre de confiance d’Edelman, il est fait mention d’un effritement de la confiance au cours de la dernière année dans plusieurs pays industrialisés, dont le Canada (de 60 % à 53 %).

Au Canada, les chefs d’entreprises n’obtiennent la faveur que de 28 % de la population. Également, au-delà de 95 % des Québécois considèrent que les dirigeants d’entreprises se doivent d’améliorer le climat de confiance au sein de leur personnel ainsi qu’avec leurs clients et autres parties prenantes (Étude 2013 de l’ICO).

Selon Vanessa Hall, près de 99 % des dirigeants sont d’avis que la confiance est un enjeu important, mais seulement 5 % y investissent des efforts!

En 2014, le World Economico Forum de Davos a identifié l’enjeu de la confiance envers nos dirigeants comme étant l’un, sinon le principal enjeu de la prochaine décennie.

Selon Claude Béland, ancien PDG du Mouvement Desjardins : « Nous sommes passés en quelques décennies de la présomption de bonne foi à une présomption de méfiance envers notre prochain ».

Évidemment, cette confiance ou méfiance représentent un cout énorme pour notre économie qui se traduit par deux sortes d’impacts. Dans un premier temps, un impact direct sur la performance de nos organisations lorsque les employés n’ont pas confiance dans son organisation et ses dirigeants. Deuxièmement, le cout de cette inefficacité est refilé aux consommateurs qui doivent absorber la note tout comme les investisseurs et épargnants.

Hervé Sérieyx, 21 mai 2015
Monsieur Sérieyx, une sommité internationale d’une rare profondeur en management, a mentionné :
« La confiance est la relation à l’autre (personne, organisation, etc.) qui m’amène à penser que je le connais suffisamment pour accepter d’affronter avec lui un risque, un danger, une incertitude avec de bonnes chances d’en sortir gagnant. Il y a là deux mouvements : 1- La confiance calculée (compétence, réputation, fiabilité, etc.) 2- La confiance affective (générosité, bienveillance, empathie, etc.) La confiance est un pari sur l’autre ».

Générer de la confiance

Je ne peux attendre que l’autre soit digne de confiance. Durant cette attente, il ne se passe rien. J’observe. J’attends des signes me permettant de croire que je peux maintenant commencer à faire confiance. Parce que j’observe, ayant des doutes, tous les signaux pouvant valider ma méfiance me sautent aux yeux, renforçant ainsi ma première croyance. Évidemment, vous ne feriez jamais ça! Mais nous avons vu ça ailleurs…

Générer de la confiance est à la fois simple et complexe. Simple, si nous choisissons dans l’incertitude d’oser aller de l’avant. Si nous avons le courage de prendre le risque que l’autre puisse nous surprendre agréablement. Complexe parce qu’il existe une multitude de variables interagissant entre elles et pouvant s’influencer.

Faire croitre la confiance est donc un mouvement. Une somme de gestes que nous posons ensemble dans l’intérêt commun. Encore faut-il connaitre cet intérêt commun et baliser les risques que nous sommes prêts ou non à prendre ensemble.

Il existe une multitude d’histoires inspirantes sur la confiance, de trucs et de stratégies pour développer et maintenir la confiance. Soyez curieux et audacieux! Prenez le risque d’expérimenter et, au besoin, de vous faire accompagner pour faire des pas avec un filet de sécurité si le besoin s’en fait sentir.

L’ICO veut devenir un catalyseur des forces vives au Québec afin de mieux outiller les gestionnaires et dirigeants en vue de mettre de l’avant des stratégies, des pratiques et des outils contribuant à la confiance dans leur environnement de travail.

Assurément, cette vision rejoint le cœur de nos propres activités et nous sommes honorés de faire des pas quotidiennement dans cette direction avec vous. Merci pour votre confiance renouvelée depuis plus de 20 ans.

Souvenons-nous que sans confiance, il sera difficile d’être heureux de rentrer travailler tous les matins!